Accueil | Contact | fil RSS

Je me souviens…

Extrait des archives du CAPM – le magazine La Griffe du Loup

Volume 1, numéro 1 (au milieu des années 1990)

La liberté n’est jamais acquise

Cette expression nous vient d’un des plus fervents défenseurs des droits des motocyclistes au Québec, de la première heure, Jano Lafrenière.

En effet, de retour de notre premier congrès NCOM, nous avions tous dans la tête l’expression américaine FREEDOM IS NOT FREE, que nous avions retrouvée sur tous les chandails ou autres vêtements des congressistes américains. Et Jano a réellement donné tout son sens à cette phrase en la traduisant ainsi. La liberté n’est jamais acquise quand j’entends quelqu’un me dire que la Journée du loup est inutile, car rien ne se passe!

En effet, la Journée du loup n’est qu’une partie du travail de défense des droits. Les résultats sont souvent difficiles à mesurer…, mais, arrêtons cette activité et les résultats seront immédiats. Hausse des plaques, augmentation du harcèlement des motocyclistes, ajout d’interdictions et j’en passe.

La liberté n’est jamais acquise quand, durant nos café-rencontres, certains motocyclistes en profitent pour démontrer quel niveau de bruit leur moto peut atteindre, et jusqu’où leur intelligence peut descendre. En effet continuer à faire tant de bruit nous causera sûrement préjudice à court ou moyen terme.

La liberté n’est jamais acquise quand quelqu’un me dit qu’il défend les droits des motocyclistes parce qu’il s’est présenté à la dernière Journée du loup. Que fait-il le reste de l’année? Est-ce que nos droits sont protégés jusqu’à la prochaine Journée du loup?

La liberté n’est jamais acquise à voir encore certaines interdictions de circuler en moto dans les villes du Québec. Mais pour faire lever ces interdictions, encore faut-il que les motocyclistes se mobilisent.

La liberté n’est jamais acquise, lorsque certains prétendent qu’il n’y a plus de problème au Québec pour les motocyclistes. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes! Lorsque que l’on fait un survol de notre courte histoire de motocyclistes au Québec, l’on doit malheureusement constater qu’en effet, notre liberté en a pris un coup.

Interdictions, port du casque obligatoire, harcèlement, coût élevé des plaques, etc. Pourquoi? Parce que souvent la Liberté nous a semblé acquise. Mais cette liberté nous a été enlevée par petits morceaux, sans faire de bruit.

Une liberté perdue demande plus de lutte à reconquérir que le combat pour conserver nos droits actuels. La liberté, non seulement n’est jamais acquise, mais ne le sera sûrement jamais. Il faut et il faudra toujours continuer le combat car à chaque fois qu’un motocycliste prend la liberté de faire…. c’est ma liberté ou la vôtre qu’il attaque.

Merci Jano, avec cette phrase bien simple, de me rappeler tous les jours, qu’il ne faut jamais que je baisse les bras

Michel Desalliers, Premier Président du Comité d’action politique motocycliste.

visitez notre Facebook